Emulsion eau-huile

Vidéo montrant le résultat d’une simulation d’inversion de phase dans un mélange huile-eau

Article mis en ligne le 21 juillet 2017
dernière modification le 24 juillet 2017
logo imprimer

Profitant de la phase d’installation d’EOS du mésocentre CALMIP, l’IMFT et CALMIP ont collaboré pour montrer les avancées qu’une telle machine pouvait apporter à la mécanique des fluides.

Pour ce faire deux benchmarks numériques sur des thématiques porteuses ont été menés dont un cas test d’inversion de phase [1].

Des simulations numériques ont été réalisés à l’aide de différents modèles (capture d’interface) [2] et de différents codes de calcul issus de plusieurs laboratoires français.

La vidéo présentée ici est une simulation d’inversion de phase dans un mélange huile-eau, elle a été réalisée avec le code Jadim, développé à l’IMFT.

Simulation d’inversion de phase
Crédits : IMFT (Annaïg Pedrono)

Quelques chiffres...

  • On a utilisé un maillage de 134 millions de cellules (512x512x512)
  • Les tests de performance ont été réalisés, de 64 à 2048 cœurs
  • Pour 2048 cœurs, le temps de calcul a été d’environ 36 heures (sur Eos)
  • 1 To de données ont été générées par ce calcul
Notes :

[1L’inversion de phase est l’ensemble des phénomènes par lesquels deux fluides soumis à la gravité et initialement disposés de telle façon que le plus léger se situe en-dessous du plus lourd se redistribuent.

[2Dans le cas de fluides non miscibles (eau/huile par exemple), les forces liées à la tension de surface jouent un rôle significatif dans la dynamique observée. La capture d’interfaces consiste à utiliser des méthodes numériques permettant de repérer les interfaces entre les deux fluides au cours du temps sur un maillage fixe (sans déformer le maillage pour suivre les interfaces et sans reconstruire explicitement leur géométrie).



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.44
Hébergeur : INP Toulouse